Bayonet pattern 1866 Chassepot.

christianmery@wanadoo.fr

1/ DESCRIPTION

- Blade : yataghan (double bent). Flat spine, long fuller on each side, ending square crossguardward and oval tipward, square profile. False edge at the tip.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Crossguard : steel slightly rounded. Front ends as a curved quillon and ended by a round finial. Back is made as a muzzle ring with two high washers closed by a screw whose head is not slotted but has two holes for a prong screwdriver. Under the washers is a little slot for the left stud on the barrel.

- Handle : cast brass, with 15 rounded cordons all around but the flat of the back. Pommel is rounded. On the back of the handle is a long slot for the barrel bar, ending inside of the muzzle ring. On the back of the pommel is the stud slot with a rounded chamfering.

 

Blade is riveted through the 3rd cordon and by a rounded rivet rear of the pommel. (note : on the early September 1866, the side rivet is through the 2nd cordon).

Locking by a button on the left side of the pommel, long leaf spring on the right side with foot acting as a washer for the second river between 10th and 11th cordon. This rivet holds only the spring.

 

- Scabbard : Steel, same shape as the blade. Ended by an olive filial. Square bridge for the frog strap. Inner mouth piece with springs to hold the blade. Moth piece is riveted on each side of the scabbard, a small part of this mouth piece is protruding on the spine. Scabbard is steel polished, not blued.

 

 

 

2/ DIMENSIONS

    Overall length

 696 mm

    Blade length

 572 mm

 Blade width

30 mm

 Muzzle ring 

17,5 mm

Blade thickness

9 mm

Fuller length

431 mm

Handle length

112 mm

3/ MARKINGS

On the spine of the blade, cursive script for the manufacture on charge of the BLADE making with the date - month and year.

3 periods of markings :

- Second Empire, until October/November 1870 :

Mre Impale de Chatt  for Manufacture Impériale de Chatellerault

Mre Impale de St Etienne  for Manufacture Impériale de Saint Étienne

Mre Impale de Tulle  for Manufacture Impériale de Tulle

Mre Impale de Mutzig  for Manufacture Impériale de Mutzig (until April 1870)

Plus : "Stehelin & Cie . Bitschwiller . Than", manufacture in Alsace, 

 

 

 

et "Y.Funcke & Cie . Herdecke", German sword maker of Solingen area, Germany. These two firms are certainly sub-contractors for bayonets for Cahen-Lyon in 1867 and 1868.

 

-Defense Nationale government and beginning of Third Republic :

Mre Natle de St Etienne for Manufacture Nationale de ...

Mre Natle de Chatt

Mre Natle de Tulle

after 1871, only the name of the manufacture until early 1873.

- Third Republic :

Mre d'Armes de Chatt for Manufacture d'Armes de ....

Mre d'Armes de St Etienne

Mre d'Armes de Tulle.

The date has the year complete and the month complete, but

September is 7bre,

October is 8bre or Octobre

November is 9bre

December is Xbre or Dec bre

 

* On the right ricasso, Inspector and Manufacture Director's stamps

* On the left ricasso, a number indicating the metal lot.

* On the left crossguard, serial number OF THE RIFLE whose is affected the bayonet. In theory it's the same manufacture for rifle and bayonet, but some spare blades and complete bayonets were delivered from a manufacture to another one and the bayonet can have been reissued with an another gun.

This number is upper case letter a prefix and a number from 1 to 99,999.

Prefixes are : A,B,C for Chatellerault,

D and E for Mutzig,

F to Q for St Etienne,

R,S,T for Tulle,

U,V for contracts to Cahen-Lyon,

X either Atelier de Paris fabrication during Paris Siege, or bayonet for Artillery Musketoon and Foot Gendarmerie Carbine patterns 1874,

Z Sword-bayonet issued to the men without the rifle, bandsmen, officer's orderlies and nurses, after 1900 to the police officers. Usually scabbard are blued.

(note : the Z letter can be stamped on the Remington sword bayonets too).

Sometimes, on the other side of the crossguard is stamped another serial number with or without letter, still unknown.

* On the quillon, close to the filial is the stamp of the inspector and the Manufacture director, for acceptance. On the inner side of the guard is sometimes a Naval anchor, for the bayonets used by Colonial troops and the Navy.

* On the grip, in the back slot are digits and often a number with letter prefixing, probably workshop production number. In the stud mortise are stamps and letters, even on the steel flat of the locking piece.

* On the scabbard, opposite side of the bridge is the same number as on the crossguard (sometimes ground off or canceled before renumbering). If used by colonial or naval troops, anchor on the front side. On the olive filial, control stamp.

4/Other Makers :

a/ Cahen Lyon Contract, April 1867 for 100,000 rifles and bayonets. Funcke and Stehelin bayonets are certainly sub-contracts.

Charles Reeves in England furnished too bayonets to fulfill this contract. They are engraved on the spine "REEVES".

 

 

b/ War orders. During the French-German war, the Commission d'Armement of the Defense Nationale Government contracted in England and Belgium for providing bayonets.

Usually these bayonets are stamped on the blade or spine with letter(s) certainly corresponding to the name of the maker. Sometimes these letters are circled and can be too stamped on the quillon.

Some bayonets are marked with Solingen makers logos or symbols. Probably they were blades sub-contracted in Germany by Belgian or British contractors. 

 

 

Some of these can have received an 'official' marking of St Etienne on the spine. The most satisfactory theory is this marking has been added after the war on 'good quality commercial bayonets' still in use to avoid the trooper can destroy his bayonet seeing the German marking on, the 'St Etienne's marking' giving the bayonet an appearance of French manufacture.

The quality for these emergency bayonets is subject to variations, from good to poor. The blade shape being sometimes different from the official model ad so the bayonet cannot be fitted in another scabbard. Some of these emergency bayonets can have the side rivet ground to the brass cordon, when they have side rivet.

c/ A small batch of bayonets was ordered by the Armament Commission to CHRISTOFLE, still well known silversmith in Paris. These bayonets are stamped on the ricasso by the name of the maker in small letters.

Note :

Several 1866 Pattern bayonets are known with a Malta cross on the ricasso, the scabbard and the crossguard. Although some collectors state this marking is a Portuguese coat of Arms, it seems that this cross is the specific mark of a Belgian or British maker, sub-contractor with Cahen-Lyon before the war.

A serial number on the crossguard without the prefix letter can be either an emergency bayonet made in Paris during the siege or, and more often, a bayonet made in Belgium or Germany for export in South America after the French-German war.

The 1866Pattern bayonet scabbard was blued only after February 1883 for the bayonets issued with the artillery Musketoon 1874 pattern , the Foot Gendarmerie Carbines 1874 Pattern and the Z series bayonets.

Text and pictures : Pierre Renoux, Christian Méry, Roy Williams.

 


 

 

Le Sabre-baïonnette modèle 1866 Chassepot.

 

1/ Description.

- Lame : à double courbure, dite yatagan. Le dos est plat et les côtés sont évidés de longs pans creux qui se terminent "au carré" du côté de la croisière et en ovale vers la pointe. Ils sont de section carrée. La pointe possède un contre-tranchant (elle est affûtée des deux côtés).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Croisière : en acier, légèrement bombée latéralement. La partie avant se prolonge en un quillon de section ovale, recourbé vers la lame et terminé par un rouleau lenticulaire.

 

Au dos, douille pour le canon du fusil. Elle est surmontée des rosettes fermées par une vis dont la tête est percée de deux trous pour un tournevis à ergots. Sous les rosettes échancrure pour le petit tenon du fusil.

- Poignée : en laiton moulé, avec 15 cordons arrondis faisant le tour de la poignée sauf le dos. Le pommeau, lisse est fort et rond.

Au dos de la poignée, longue coulisse pour la directrice de tenon qui se prolonge dans la douille. Sur le dos de pommeau, fente en "T" pour le tenon, surmontée d'un évidement arrondi (le chanfrein) pour le pied du tenon.

La lame est fixée par un rivet transversal sur le troisième cordon et une rivure en goutte de suif de la soie de lame au pommeau. (nota : les toutes premières fabrications de septembre 1866 ont le rivet transversal sur le deuxième cordon).

Verrouillage au canon par un poussoir cylindrique sur le côté gauche du pommeau, avec un ressort de rappel en "L" sur le côté droit. Ce ressort est rivé entre les 10e et 11e cordons, son pied forme rosette de rivet.

- Fourreau : en tôle d'acier de même forme que la lame, terminé par un bouton en olive. Pontet carré pour la fixation au porte-fourreau sur la face externe. Cuvette intérieure portant les ressorts maintenant la lame (les battes) fixée par un rivet de chaque côté. Une petite partie de cette cuvette fait saillie au dos de l'ouverture du fourreau. Le fourreau n'est pas bronzé.

2/ Dimensions :

Longueur totale     

 676 mm

Longueur de lame     

 572 mm

Largeur de lame (talon) 

30 mm

Diamètre de la douille   

17,5 mm

Epaisseur de lame (talon)

9 mm

Longueur du pan-creux

431 mm

Diamètre de douille

17,5 mm

Longueur de poignée 

112 mm

3/ Marquages :

- Sur le dos de lame : inscription en lettres cursives de la manufacture qui a fabriqué la lame suivie de la date, mois et année. Trois périodes de marquages :

- Second Empire (jusqu'en octobre / novembre 1870):

Mre Impale de Chatt pour Manufacture Impériale de Chatellerault

Mre Impale de St Etienne pour Manufacture Impériale de Saint Étienne

Mre Impale de Tulle pour Manufacture Impériale de Tulle

Mre Impale de Mutzig pour Manufacture Impériale de Mutzig (jusqu'en avril 1870)

Plus : "Stehelin & Cie . Bitschwiller . Than", manufacture en Alsace,

et "Y.Funcke & CieHerdecke", firme de la région de Solingen, ces deux dernières firmes correspondant probablement à des sous-contrats passés par la maison Cahen-Lyon en 1867 et 1868.

- Gouvernement de la Défense Nationale et début de la Troisième République :

Mre Natle de St Etienne pour Manufacture Nationale de ...

Mre Natle de Chatt

Mre Natle de Tulle

à partir de 1871 Nom seul de la manufacture jusqu'au début de 1873.

- Troisième République :

Mre d'Armes de Chatt pour Manufacture d'Armes de ....

Mre d'Armes de St Etienne

Mre d'Armes de Tulle.

L'année est inscrite en entier. Le mois est inscrit en entier sauf pour :

Septembre : 7bre,

Octobre : 8bre, parfois Octobre,

Novembre : 9bre,

Décembre : Xbre, parfois Decbre

- Sur le talon de lame :

Côté droit : poinçon du contrôleur chargé des lames et poinçon du directeur de la manufacture, côté gauche, chiffre indiquant probablement le lot ou la qualité du métal utilisé.

- Sur la croisière : du côté du poussoir, numéro de série du fusil auquel est affecté le sabre-baïonnette. En théorie la baïonnette est fabriquée par la même manufacture, mais il y a eu des livraisons de baïonnettes complètes ou de lames d'une manufacture à une autre et il peut y avoir eu réaffectation de la baïonnette à un autre fusil. Ce numéro est constitué d'un préfixe, lettre capitale d'imprimerie, indiquant la manufacture, et d'un nombre de 1 à 99999.

- préfixes :

A,B,C - Chatellerault,

D et E - Mutzig,

F à Q, sauf I - Saint Etienne,

R,S,T - Tulle,

U,V - Fabrications sous Contrat pour Cahen-Lyon,

X - soit fabrication par l'Atelier de Paris pendant le Siège, soit, après 1874, arme de théorie pour le mousqueton d'Artillerie modèle 1874 ou la carabine de gendarme à pied modèle 1874.

Z - Sabre-baïonnette destiné aux hommes non armés du fusil, musiciens, infirmiers, ordonnances..., puis vers 1900 aux gardiens de la paix. (nota : La lettre Z peut être frappée sur des sabres-baïonnettes Remington sans chanfrein de dos de poignée)

 

 

Parfois sur le côté opposé de la croisière, un autre numéro avec ou sans lettre, dont la signification est encore mystérieuse.

Sur le quillon, près du rouleau, poinçon de réception du contrôleur principal et du Directeur de la Manufacture. Parfois sur le côté interne de la croisière est frappé une ancre, signe d'utilisation par les troupes coloniales ou de marine (le même ministère gérant la Marine et les Colonies).

- Sur la poignée : Dans la coulisse de directrice, quelques chiffres et souvent un numéro avec lettre de série (numéro de fabrication de l'atelier?). Dans la fente de tenon, poinçons et nombres divers y compris sur le plat du verrou.

- Sur le fourreau : Sur la face opposée au pontet, rappel du numéro porté sur la croisière (parfois rayé ou meulé avant renumérotation). Si affectation à la marine et aux colonies le fourreau est aussi frappé de l'ancre. Sur l'olive terminale, souvent un poinçon de contrôle.

4/Autres fabrications :

a/ Contrat de Cahen-Lyon, d'avril 1867 pour 100000 fusils et sabres-baïonnettes. Les baïonnettes marquées Funcke et Stehelin sont probablement des baïonnettes de ce contrat.

 Charles Reeves en Angleterre a aussi fourni des baïonnettes pour ce contrat. Elles sont marquées au dos de lame "REEVES".

b/ Commandes de guerre:

Outre les fabrications de l'atelier de Paris, La Commission d'Armement du Gouvernement de la Défense Nationale a passé contrats en Angleterre et en Belgique pour la fourniture de nombreux sabres-baïonnettes.

Ces armes sont en général frappés de lettres majuscules sur le talon ou le dos de la lame qui correspondent certainement aux initiales du fabriquant.. Parfois les lettres seules sont cerclées et peuvent être répétées sur le quillon.

 

Certaines de ces baïonnettes sont frappées sur le talon du logo ou du symbole d'une firme de Solingen. Il s'agit probablement de lames sous-traitées par les firmes anglaises ou les belges en Allemagne. Il arrive que ces lames portent en outre un marquage "officiel" de Saint Etienne, au dos, mais en caractères différents des marquages réglementaires. Bien que cela ne soit pas confirmé, on peut émettre

 l'hypothèse que ce marquage a été ajouté après la guerre sur les baïonnettes de bonne qualité, qui donc ont continué à être utilisées, pour donner au soldat français l'impression d'une fabrication "de chez nous" et ainsi éviter qu'un quelconque esprit revanchard ne fasse détruire cette arme par le soldat qui en était doté.

La qualité de ces armes commandées d'urgence est très variable, le plus souvent médiocre, la forme de la lame pouvant être différente de celle du modèle réglementaire et interdire de l'insérer dans un fourreau normal. Quelques-unes de ces baïonnettes d'urgence ont le rivet transversal de la poignée meulé à ras du cordon.

Notas :

Un certain nombre de baïonnettes modèle 1866 sont connues frappées uniquement d'une croix de Malte sur le talon de lame, le quillon et le fourreau. Bien que certains collectionneurs pensent que ce soit un marquage portugais, il doit s'agir très probablement du logo d'un fabricant Belge ou Anglais ayant passé contrat avec la firme Cahen-Lyon avant la guerre.

Un numéro de série sans lettre préfixe sur la croisière correspond soit à une fabrication d'urgence de guerre (Atelier de Paris) soit, et le plus souvent, d'une baïonnette de fabrication Belge ou Allemande pour l'exportation vers l'Amérique du Sud après la guerre Franco-Allemande.

Le fourreau du sabre-baïonnette modèle 1866 n'a été bronzé qu'après février 1883, pour les baïonnettes destinées aux mousquetons Gras, aux carabines de gendarmes à pied Gras et pour celles de la série Z.

Texte et photos : Pierre Renoux, Christian Méry, Roy Williams.